Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Jardin Punk et les pesticides

Publié le par le père Lenoir

Un bourdon sur une salicaire, au Flérial

Un bourdon sur une salicaire, au Flérial

C'est la semaine des alternatives aux pesticides, l'un des moments pour en parler

Si vous voulez venir m'entendre causer du Jardin Punk à cette occasion, cela se fera au très joli musée du moule à chocolat de mon village Villiers sur Tholon, commune de Montholon (89) le 31/03 à 15h, avec le concours organisationnel de C3V.


Au Flérial comme à la pépinière, je ne veux pas entendre parler de pesticides. Cette année, nous éliminons le dernier traitement bio qui nous restait, c'est à dire le ferramol, anti-limaces bio dont l'innocuité pour les autres espèces était vantée. Nous tentons des méthodes culturales nouvelles, faute de pouvoir conserver sur place sans risque pour eux des poules ou des canards coureurs indiens, pourtant très efficaces. Les plantes les plus sensibles aux attaques de gastéropodes seront donc suspendues au sommet de caisses ou isolées au milieu de bassins-douves. Et si nous les perdons, eh bien ce sera ainsi.
En dehors de cette cochonnerie dont je ne parvenais psychologiquement pas à me défaire, il n'y a pas eu de traitement à la pépinière, même agréé "bio" depuis plusieurs années, le dernier ayant été les granulés de tourteaux d'écorce de NEEM, dont la poussière donnait des maux de tête à celui qui les mettait dans les pots. On a donc arrêté tout produit présentant une nocivité éventuelle pour une espèce, qu'il s'agisse d'un ouvrier horticole, d'une chenille ou d'une osmie de passage. Et, à dire vrai, le cortège d'auxiliaires présents dans le Flérial où la pépinière est implantée suffit largement à régler l'essentiel des problèmes...sauf les gastéropodes. Mais bon, on ne peut pas tout avoir...

Autres événements dans l'Yonne durant cette semaine Mon jardin punk expérimental, le Flérial, ouvrira cette année ses portes pour les Rencontres du Flérial le 16 juin 2019 (programme à suivre). On y parlera, après un pique-nique tiré du sac partagé, de paysage, d'écologie, d'agriculture, de jardin et de façons de faire tout ça.
Si vous ne connaissez pas encore le Jardin Punk et ne pouvez pas venir, vous pouvez toujours lire
Le Petit Traité qui en parle.
Au plaisir de vous rencontrer pour parler de tout ça, ici ou ailleurs!
(J'espère que c'est lisible, je ne parviens pas à faire ce que je veux de cet article! Désolé si ce n'est pas le cas!)

 

 
 

Commenter cet article