Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Des feuilles, de l'ombre

Publié le par le père Lenoir



Par les chaleurs qui semblent vouloir nous attaquer sporadiquement, sous forme de canicules momentannées et de coups de soleil, je tenais à vous faire partager un peu de fraicheur, de petits éclats d'ombre et de feuilles, qui ont au jardin le même effet qu'une menthe à l'eau bien fraiche un 15 août torride dans la cour ombragée d'un petit café où une légère brise se lèverait juste le temps de se désaltérer.


Les Petasites fragrans, alliés aux Heuchères colorés (Heuchera Newest Hybrids, Palace purple, etc...)



Le Lamium galéobdolon, argenté, réhaussant la délicate découpe des Anemone japonica dont les fleurs gracieuses s'épanouiront au terme de l'été



La fougère métallique (Athyrium nipponicum 'metallicum') aux feuilles quasiment givrées



Une contre-allée bordée de monnaie-du-pape (Lunaria), de Lys de la madone et dont un seringat au parfum envoûtant scelle l'entrée en une alcove capiteuse et, au fond, la promesse dans un rai de lumière d'un autre recoin ombragé qui désire rester secret pour l'instant.



De la fraicheur, encore de la fraicheur...





Alliance entre des bugles rampants pourpres (ajuga reptans 'atropurpurea'), de l'herbe aux écus (Lysimachia nummularia 'aurea'), une jeune osmonde royale et des rochers de grès.


Le même assemblage, vu de dos, avec un jeu de renouées aquatiques, aux longues feuilles très graphiques


Et un petit point d'eau, vestige estival d'une mare dont le niveau fluctue énormément au fil des saisons




Voir les commentaires

Protection des zones humides et intérêt économique

Publié le par le père Lenoir


Les zones humides peuvent être rentables!

En effet, là où jusqu'à maintenant les collectivités locales ont plutôt tendance à assécher leurs marécages, à buser les fossés et accélérer les cours d'eau, une prise de conscience pourrait bien avoir lieu concernant leur intérêt financier. L'UICN, au terme d'une enquête très pointue, a ainsi conclu que ces zones pouvaient représenter, si on les préservait correctement, d'importants points de captation pour l'eau potable, avec un retraitement souvent moins chère que pour les eaux souterraines.
Ainsi, la protection des milieux assurerait un gain certain pour les finances locales, et certaines mégapoles telles Jakarta en tirent déjà les bénéfices.

Après les égouts à ciel ouvert de Calcutta transformés en bassins de phytoépuration et en piscicultures économiquement viables, la leçon écologique semble avoir des répercutions à travers le monde entier, y compris pour des grandes villes qu'ont pensait condamnées à la dévastation et à la pollution exponentielle.

Lire l'article original en anglais ici: http://www.iucn.org/waterforum/news/?2820/Protecting-watersheds-saves-billions

                                                      


Voir les commentaires

Belles de mai

Publié le par le père Lenoir



Après avoir subi un hiver "normal", auquel nous ne sommes plus habitués, essuyé les tempêtes de février -non sans dégât, d'ailleurs- et passé enfin les diaboliques Saints de glace, nous pouvons enfin aborder la belle saison avec une relative sérénité.
 Il nous faut souhaiter un peu d'eau, pour que les plantes ne souffrent pas trop, et profiter des feuillages exceptionnels de ces plantes typiques que l'on trouve dans les lieux ombragés et humides, tels Rodgersias, Peltoboikinia, Darmera (judicieusement rebaptisé Peltiphyllum), Petasites et autres Podophyllum. Et que dire des fougères!



On profitera aussi dès maintenant de la floraison dorée des Iris pseudacorus, si typiques de nos zones humides, résistants presque à tout,
 


mais aussi de celle des Ancolies, qui me ravissent au plus haut  point 



ou bien encore des Polemonium 'purple rain strain', si faciles à vivre et dont les feuilles deviennent d'un pourpre noir si on a la bonne idée de les mettre au soleil.



Les toutes premières Astrances exultent de me compliquer la sélection des coloris après le semis, mais non sans plaisir.



Au bassin, les Calla terminent leur floraison,



et les nympheas débutent la leur,



tandis que les délicieux Aponogeton, au parfum puissant de vanille, se préparent à achever leur saison printanière pour se reposer jusqu'au mois d'octobre où les fleurs recommenceront à nous enchanter tant que le gel ne les fauchera pas, même s'il ne les fâche que momentanément.



Il n'y a pas à dire: c'est le printemps!!!


Voir les commentaires