Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Affronter la sécheresse

Publié le par le père Lenoir

Voilà maintenant des jours et des jours qu'il n'a pas plu, sinon juste assez pour coller la poussière au sol. Vous vous demandez peut-être ce qu'il faut faire pour préserver les plantes aquatiques pendant une sécheresse...

 

 P1050887.JPG

 

Il devient de plus en plus difficile d'arroser dans la plupart des régions, et même ici, en production, abreuver les plantes pose un certain nombre de cas de conscience.

Les plantes d'eau résistent pourtant bien mieux qu'on ne pourrait le croire à ces épisodes secs, rendus plus difficiles qu'à l'accoutumée cette année par leur caractère prématuré dans la saison.

 

Iris versicolor kermesina 2

 

C'est ainsi que des végétaux installés depuis suffisamment longtemps, ou habitués à des conditions un peu dures, voire les deux, vont affronter courageusement ce début d'été intervenu depuis le mois d'avril. Certains se demandent certainement s'il est nécessaire de prendre des précautions particulières ou non. La réponse est...peut-être! 

 

Equisetum americanum 5

 

Les végétaux les plus gênés par ce type de conditions climatiques seront ceux qui peuplent les bassins artificiels non alimentés, et qui vivent dans des bacs, le plus souvent ajourés. Pour eux, pas de triche possible: pas d'eau = pas d'eau!

Si cela ne causera rien de préjudiciable à long terme pour des plantes robustes tels Carex, Iris pseudacorus ou encore Caltha, et Acorus, d'autres supporteront moins bien cette adversité, comme les Pontederia, Equisetum et autres Calla palustris. Pour celles-ci, si les bacs ne sont plus suffisamment mouillés, pas d'alternative: arrosage aussi souvent que possible, au moins pour que le substrat reste frais, un peu humide.

 

Cependant, qu'on ne s'y trompe pas: l'été existe dans toutes les régions tempérées d'où proviennent la plupart des plantes aquatiques cultivées, et dans leur milieu naturel elles doivent souvent subir des conditions analogues. Certaines plantes, telles Anemopsis californica, peuvent même rester des mois en plein désert du Mexique à attendre une hypothétique pluie!

    Anemopsis close

 

Anemopsis californica

 

plantes-en-culture-0446.JPG

 

Sagittaria, joncs et Carex se débrouillant dans un sol sec

 

Ainsi, les Alisma, Sagittaria, et autres plantes à racines bulbeuses vont entrer en dormance, se "réfugiant" dans leurs racines charnues jusqu'à recevoir à nouveau l'irrigation nécessaire, d'autres comme les Iris vont se nanifier, offrir une prestation du genre "minimum syndical" afin de ne pas épuiser leurs rares ressources. D'autres encore vont vivre presque normalement, se contentant d'accélérer leur cycle pour être en quelque sorte débarrassées de leurs fonctions reproductrices, énergivores, au plus vite, quitte à ce qu'elles durent le temps d'un déjeuner de soleil.

 

Eriophorum angustifolium 3

 

Je pourrais citer l'exemple des Hydrocotyles ou des Eriophorum (linaigrettes) qui doivent actuellement se débrouiller dans l'argile pure, raide comme une poterie, ou les graviers avec pour seul apport la rosée matinale, si faible soit-elle.

Dans les mares et les étangs, les choses se passent différemment, le sol restant frais en profondeur, et la plupart des plantes pouvant en bénéficier, y compris les nympheas qui peuvent rentrer en dormance dans la vase pendant des mois si c'est nécéssaire!

  P1070347.jpg

 

Bref, pas de panique! Il convient toutefois d'arroser les jeunes plantations de berge, qui seront celles qui profiteront le moins des rares précipitations, qui ruisselleront le plus souvent sur les surfaces lisses et pentues. Pour autant, pas d'arrosages intempestifs, mais plutôt un dosage spartiate, qui les forcera à s'implanter en profondeur plutôt que de produire un système racinaire de surface, plus sensible aux variations brutales de température et d'hydrométrie. Un arrosage de survie une à deux fois par semaine est généralement suffisant -en tout cas avec les plantes produites chez nous, rompues aux conditions de culture extrêmes!

 

Une dernière observation: la sécheresse est à bien des niveaux comparable pour les plantes aquatiques à un hivernage, lorsque le sol est gelé, et qu'elles ne peuvent plus rien y puiser. Par conséquent, la plupart des plantes rustiques peuvent y faire face sans trop de problème, se réservant     le plus naturellement du monde pour un automne éclatant.

 

Grenouille face

 

 

 

Commenter cet article

20/08/2016 21:31

Le site et les conseils sont bien cependant les couleurs rendent la lecture fatigante et désagréable

le père Lenoir 24/03/2017 09:54

Bonjour. Oui, désolé, le site a changé de version en cours de route, et changer la couleur sur les publications anciennes est très difficile.