Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fin de saison

Publié le par le père Lenoir



Novembre approche, et avec lui la fin de la saison.
Le jardin va prendre un aspect tout autre pendant le repos végétatif.
C'est le moment d'observer attentivement un peu partout autour de nous les plantes manifestant encore un intérêt esthétique. Feuillages colorés, floraisons tardives, fruits, nombre de détails peuvent faire la différence.


Les Aponogeton, au parfum de vanille, réapparaissent après leur trève estivale, leurs fleurs couvriront bientôt les plans d'eau ombragés ou bénéficiant d'un léger courant. Certains les plantent au milieu de Nympheas, à bonne profondeur (environ 1m) en plein soleil, ce qui les protège du soleil le plus violent. 




Les Miscanthus dressent leurs épis dynamiques et arborent, comme la Purple Love Grass (Eragrostis spectabilis) un feuillage automnal exceptionnel rouge cramoisi.
 Leurs feuilles sèches resteront sur les tiges pendant presque tout l'hiver. A ce titre, citons les Phalaris, dont les feuilles s'enroulent en de délicates "frisettes" jusqu'au mois de mars-avril, garnissant toute la basse saison les abords du bassin et les zones fraiches.  Les Stipa (cheveux d'ange) -photo- conserveront leur légèreté et s'animeront au moindre coup de vent.      


Des fougères, comme Polypodium vulgare, sont parfaitement persistantes, et servent d'écrin aux bulbes printaniers tels narcisses et autres anémones.


LeTricyrtis, à l'allure exotique d'orchidée fragile, illumine les coins d'ombre de ses fleurs raffinées sans éprouver de besoin particulier, si ce n'est un sol pas trop lourd.


Le Schizostylis ou Lys des Cafres (peuple d'Afrique du Sud) tend ses longues hampes roses à rouges jusqu'aux gelées les plus marquantes, souvent en décembre, dans les sols frais et riches à exposition assez ensoleillée.




Les Lotus donnent leurs dernières fleurs, mais offrent le spectacle incongru de leurs fruits particuliers qui, secs, peuvent se conserver des années.



Pour le Nymphea 'Pennsylvannia', c'est le chant du cygne. D'aucun les rentreront dans un local hors gel pour l'hiver, quant à moi, j'en garderai une partie dehors, sous 50 cm d'eau, suffisament pour que la glace ne leur nuise pas. Ce régime m'a apporté le plus beau pied de la collection cette année, je réhitère donc l'expérience.




Bientôt, il faudra couper les feuilles des Gunneras (Rhubarbe géante du Chili), en recouvrir la souche comme s'il s'agissait de chapeaux superposés, puis couvrir l'ensemble d'une bonne couche de paille, de fougères ou de feuilles jusqu'à la fin des grands froids, en mars-avril. Une partie de ceux produits hiverneront en cave avec un lot d'Arum d'Ethiopie, les autres dans l'un des tunnels de production.



Lotus jaune et Lotus rose (Nelumbo lutea et Nelumbo nucifera) au parc floral de Vincennes, près de Paris

Il va aussi être temps pour ceux qui n'ont pas suffisament de végétaux dans les mares et bassins susceptibles de faire circuler l'air entre l'eau et l'extérieur au travers de la glace de placer un fagot de bouleau, de charme, de paille ou de roseau, cela aura en outre l'avantage d'amortir la poussée de la glace sur la structure de l'aménagement.
Les Hippuris, Ceratophyllum, élodées et autres plantes oxygénantes implantées à bonne profondeur produiront quant à elles un peu d'oxygène suffisant à la survie d'une population de poissons équilibrée.



Au passage, un petit assemblage de plantes glané au parc floral de Vincennes, tout près de Paris, avec simplement des prêles et des fougères dans un décor minéral...




Voir les commentaires

Fête des plantes au jardin des dentelles

Publié le par le père Lenoir





Le week-end aura été une réussite, surtout lorsque l'on tient compte du fait que c'était une première. Visiteurs intéressés, captivés même, et globalement très enthousiasmés par le jardin et la variété des plantes proposées, ainsi qu'à la mise en scène des différents exposants.


Des oeuvres d'art jonchaient ainsi le parcours,  telles ces sculptures de José Pinon qui étaient parfaitement dans leur élément.



Mon regard se sera bien entendu arrêté au bord de l'eau, afin de glaner là quelques idées et profiter des expériences heureuses ou malheureuses des Gellet pour leurs aménagements dans ce terrain argilo-limoneux plutôt peu perméable...

A voir aussi ici

Voir les commentaires

Juillet-août

Publié le par le père Lenoir


En ces mois d'été ou, normalement, on doit supporter un soleil lourd et brûlant, le bassin reste un havre de paix auprès duquel il fait bon s'assoir lorsque la fraicheur vespérale s'installe.
Ainsi, il peut être intéressant de penser à des végétaux dont l'intérêt se manifestera aussi dans une lumière qui s'estompe, grace notamment à de forts contrastes, des transparences ou bien des textures marquées...



(oui, je sais, on voit la bâche, mais c'est mon bassin, et il vient à peine d'être refait dans l'urgence... Donc la bâche n'est pas encore totalement recouverte par la végétation!)

Schoenoplectus lacustris 'albescens' est à ce titre une merveille d'élégance subtile, par sa couleur et sa forme.


Les fougères et les hostas aussi ont leur mot à dire...



mais les grandes fleurs telles les Echinacea 'double decker' ...


ou les Lobelia (ici un mélange de Tania, vedrariensis, syphilitica et Elmfeuer) n'ont rien à leur envier.


L'été est aussi l'occasion de retourner voir des jardins créés quelques temps auparavant, et de suivre leur évolution, souvent avec la petite touche personnelle de leurs propriétaires qui en prennent ainsi un peu plus possession...
Ainsi voici un petit bassin créé durant l'hiver 2006/2007, il a un peu plus d'un an et demi aujourd'hui...











Qui l'eût cru alors?







Voir les commentaires

Fleuris en juin

Publié le par le père Lenoir

  En ce mois de juin glacial, les plantes ne sont pas toutes au mieux de leur forme. Beaucoup ne fleurissent qu'un très court moment, comme ce fut le cas pour les Iris, particulièrement éphémères cette année.
Toutefois, on peut profiter de leur éclat en oubliant le ciel gris pour un moment.
 Un proverbe japonais dit:
"Si la lueur des cerisiers fleuris sur la colline ne durait pas qu'un court moment, peut-être ne serait-elle si chère à nos coeurs"...

Sur ces bonnes paroles, voici un échantillon des téméraires qui daignent bien proposer leur éclatante floraison...





Les Astrances (Astrantia major), dressant fièrement leurs pompons à l'ombre fraiche ou au soleil léger...










Les Hemerrocalles, tels ce 'Chicago picotee promise' au rose intéressant...

De nombreux
Hostas, tels 'Gold haze, lièvre d'or aux longues feuilles lumineuses, ou undulata 'erromena', aux fleurs violettes  nuancées...


L'étonnant Peltoboykinia watanabei, au feuillage découpé et aux fleurs finement cisaillées ...


Son accolyte des milieux humides et ombragés, l'Astilboides tabularis, avec ses panicules à près de 2m de haut...

Les Rodgersiae, toujours décoratifs même défleuris...

Et, bien entendu, les Nympheas, en pleine pousse, comme

Paul Hariot


Joey Tomocyk


Conqueror



Atropurpurea



Marliacea chromatella, pour ne citer qu'eux...

Catalogue ICI

Voir les commentaires

Fleuris en mai

Publié le par le père Lenoir

Une petite série de plantes au mieux de leur éclat en cette fin mai...

Rodgersia sambucifolia, qui apprécie l'ombre et les terrains bien frais. Splendeur explosive  et feuillage bien structuré. Une valeur sûre dans la collection, mais tellement peu de disponibles!




Nuphar lutea, le faux nénuphar du Japon, dont la fleur est bien plus cuivrée que celle du nôtre, et la feuille bien sagittée, un peu bronzée. Le bouton est veiné de rouge, ce qui lui donne un charme supplémentaire sans nuire à sa sobriété. Cette variété sera disponible à partir de l'an prochain...










Les éphémères de Virginie (Tradescantia andersoniana), qui se déclinent en nombre de coloris. Leur floraison ne s'éteindra qu'avec les premières gelées; increvables, ces plantes ne redoutent qu'un sol déssèchant...

Les benoites rouges (Geum 'Lady Bradshaw') qui flamboient devant le pont tout nouvellement installé près de la pépinière...

La bistorte officinale (Bistorta officinalis -pour une fois, ce n'est pas trop compliqué!) , reine des fossés et des prés humides, très résistante au froid et dont on utilisait la racine pour faire une boisson tonique, avec un peu d'eau de vie...

















Une petite nouvelle, pas encore disponible: Rubus rosiflolius 'coronarius', une splendide ronce d'ornement qui peut pousser allègrement dans les haies ou les arbres, ou bien encore sur un support quelconque...

Les nympheas, qui se décident enfin à laisser jaillir leurs boutons hors de l'eau, éclatants de couleurs...



















Et pour finir momentanément le Butome, ou jonc fleuri, dont les premières ombelles aériennes se préparent. Ce digne charmeur n'aime pas tellement la concurrence des autres plantes, il vaut mieux le préserver des herbes qui auraient raison de son exceptionnelle floraison....

Voir les commentaires

Tout près de Nevers...

Publié le par le père Lenoir

Fête des plantes à Apremont sur Allier...
Le cadre, très agréable, est un charmant village médiéval où le seul élément anachronique est l'automobile.

Les visiteurs peuvent se régaler des collections entre des maisons sans âge parfaitement entretenues et l'Allier au mieux de sa forme...


Au passage, impossible de ne pas prendre en photo ces Petasites en situation...


Voir les commentaires

Enfin des fleurs!

Publié le par le père Lenoir


Voici donc les courageuses qui se sont enfin décidées à fleurir, non sans mal, en ce début mai...

Nous trouverons le Darmera peltata, avec sa hampe de près d'un mètre de haut ,































L'ancolie Aquilegia Vulg. 'leprechaun gold', au feuillage magnifiquement panaché...





























L'Aponogeton, royal hôte des eaux fraiches, et débordant de parfum suave vanillé...

































les primevères auricules, qui arrivent avec plus d'un mois de retard par rapport à l'an passé,
















Le trèfle d'eau (Menyanthes trifoliata), aux fleurs de kaolin
































Le Podophyllum hexandrum, dont la floraison est aussi surprenante que sa végétation


































les Trolles (T. pumilus, le nain auxdélicats boutons irisés de vert)


































et T. chinensis, bien plus haut...































Pour les nénuphars, il faudra attendre encore quelques jours, une dizaine tout au plus, s'il ne fait pas trop froid...

Voir les commentaires

Etat des lieux mi avril

Publié le par le père Lenoir

 Il fait froid en cette mi-avril...
A cette époque, l'an dernier, nous bronzions déjà!
Moralité: les plantes traînent les pieds pour démarrer.
Voici toutefois quelques photos de la pépinière aujourd'hui:

Lysichiton camtschtcensis (blanc) et americanus (jaune)



Les pétasites, en culture













L'incroyable Lysimachia 'Alexander's variety', aux pousses aux couleurs explosives

Voir les commentaires

Cohabitation avec les anatidés

Publié le par le père Lenoir

Plantes « canardorésistantes »

 

(sarcelles sur  un tapis de Phalaris 'tricolor')

 

Nombre de possesseurs de pièces d’eau ne peuvent se priver du plaisir d’avoir quelques anatidés à leur surface. Ainsi colverts, chipeaux, fuligules, sarcelles et autres tadornes et mandarins viennent y prendre place, ou bien y sont déjà installés de longue date.

Autant dire qu’installer des plantes dans ces conditions peut présenter quelques difficultés, augmentant avec la densité de volatiles. Dans l’idéal, il convient de protéger les végétaux nouvellement implantés pendant 1 à deux ans, le temps qu’ils constituent des racines et une souche suffisante pour compenser les dégâts infligés par les volatiles. Protégé par un grillage le temps de s’installer, même un tendre et délicieux nénuphar a ses chances !

Voici donc une liste absolument pas exhaustive des plantes qui résistent le mieux aux canards et autres oiseaux d’eau, ou qui peuvent leur offrir un gîte appréciable :

 

Acorus calamus

(Acorus calamus 'variegatus')

 

Acorus gramineus (et var.)

Atropa belladonna (toxique)

Carex muskingumensis

Carex pendula

(Carex muskingumensis)

 

Carex pseudocyperus

Cyperus longus

Equisetum scirpoides

Filipendula ulmaria

Filipendula vulgaris ‘plena’

Hippuris vulgaris (planté à + de 30 cm de profondeur)

Hypericum tetrapterum

Iris pseudacorus

Iris chrysographes

Iris versicolor

(Iris versicolor)

 

Juncus effusus ( et inflexus ‘glaucus’)

Juncus ensifolius

Lythrum salicaria

(Typha latifolia 'variegata')

 

Mentha aquatica

Molinia arundinacea

Nuphar lutea (si préservé pendant 1 an)

Nymphea ‘Colonel HJ Welsh’, Candida, Alba, Charles de Meurville (parmi les plus prolifiques)

Nymphoides peltata  

(Nymphoides peltata)

 

Oenanthe aquatica ‘flamingo’

Potamogeton natans

Phalaris arundinacea (et ‘tricolor’ et ‘picta’)

Phragmites australis (et «’variegata’)

Thelypteris palustris (après 1 an d’installation)

(Carex variés godet)

 

Typha latifolia

Typha stenophylla

Veronica beccabunga

Zizania latifolia

Voir les commentaires

Etat des lieux mi mars

Publié le par le père Lenoir


Une petite série de clichés des plantes remarquables actuellement...


Caltha-palustris-multiplex.JPG





Les populages
(ici Caltha palustris multiplex)



(Caltha polypetala)

sont tous en fleurs




Glyceria-maxima-variegata-pousses.JPGla glycérie panachée (Glyceria maxima 'variegata') aux couleurs de sortie d'hiver explosives. Cette graminée de terraisn humides et de bords de pièces d'eau peut aussi être cultivée dans un jardin "normal" tant qu'elle ne souffre pas trop de la sécheresse.

Calla-palustris-en-bac.JPGles arums d'eau (Calla palustris) commencent à fleurir à l'abri des dernières gelées...














Brunnera-macrophylla-variegata.JPG...tout comme le myosotis du Caucase, qui démarre pour  2 mois au moins de fleurs bleues...



Hosta-undulata-feuilles.JPG
Les Hostas, quant à eux, en sont à différents stades selon les (40) variétés de la pépinière (ici Hosta undulata)...
Hosta-sieboldii-pousses.JPG
...(Ici Hosta sieboldii)...Hosta-fortunei-albopictta-pousses.JPGEt ici Hosta fortunei 'albopicta', aux feuilles subtilement panachées


Au Passage, je découvre la première grenouille de la saison qui, en échange d'un abri sûr et tiède
et de l'absence de traitement chimique (sauf l'anti-limace, mais ça va changer en cours de saison),
me gratifie d'une prédation efficace sur un certains nombre d'arthropodes désagréables...

P1020975.JPG






Petasites japonicus 'variegatus', aux grandes feuilles panachées...









Les Dryopteris erythrosora (de belles fougères aux jeunes frondes orangées) qui me témoignent leur amour réciproque à l'aube du printemps...





























Tandis que d'autres (ici Thelypteris palustris, une fougère des marais) se font passer pour d'étranges créatures venues de dieu sait quel monde...

...Euphorbia griffithi 'fireglow' illumine l'emplacement qu'il occupe avec une couleur si chaude qu'on la croirait sortie tout droit d'une île tropicale en plein été...

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>