Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #jardin punk tag

Le Petit Traité du Jardin Punk est paru!

Publié le par le père Lenoir

"Petit Traité du Jardin Punk", 96 p collection Champs d'Action, éditions Terre Vivante

"Petit Traité du Jardin Punk", 96 p collection Champs d'Action, éditions Terre Vivante

Il aura mis le temps à mûrir, mais le voilà enfin sur le circuit, possiblement dans la poche de jardiniers lecteurs curieux, insolents, utopistes, écolos, incompétents, professionnels, élus, citoyens lambda, qui ont envie de découvrir cette approche du paysage que j'espère accessible à tous, écologique et bienfaisante. 

 Pour le reste des infos, je vous invite à consulter le site de Terre Vivante, ou d'aller traîner vos yeux au fil de la page facebook du Flérial, le jardin punk expérimental qui me sert de terrain de jeu et d'observatoire local. 

En tout cas, sachez que je suis très, très heureux qu'il soit dans les bacs, et encore plus ravi des premiers témoignages de lecteurs, qui sont au-delà de mes espérances! Merci!


 

Voir les commentaires

Du punk plein le garden

Publié le par le père Lenoir

petit traité du jardin punk

petit traité du jardin punk

Eh voilà, on arrive à la phase concrète!


Après quelques années de gestation, de recherche, d'expérimentation, de documentation, d'affinage, d’écrémage (Ô combien!) et de synthèse, voici la première version du Petit Traité du Jardin Punk  en route pour être publiée. 

Né notamment de mon incapacité à accepter des phrases telles que "ce n'est pas possible parce qu'on n'a pas de moyens", "ça n'est pas possible parce qu'on n'a pas le temps d'entretenir", "ça n'est pas beau mais on a toujours fait comme ça", "on traite et on taille parce qu'il n'y a pas d'autre solution" ou encore "je n'ose pas faire parce que je n'y connais rien", ce petit ouvrage n'a pour ambition que celle d'inciter le lecteur à penser différemment, à se libérer des atavismes propres aux jardiniers et à ceux qui les emploient, et à l'aider à porter un regard différent, complaisant et frais sur la nature, le jardin, le paysage, et le rapport qu'il peut entretenir avec eux lorsqu'il en souhaite quelque chose. 


J'espère qu'il vous plaira; il a été écrit avec amour, avec patience, avec sérieux, avec colère, avec compassion, avec les doigts et, surtout, avec une infinie sincérité. 


 

Comment ça "on peut pas"?

Comment ça "on peut pas"?

Voir les commentaires

De la focale

Publié le par le père Lenoir

Zizania et aster

Zizania et aster

Le printemps est presque là, même s'il n'en a pas l'air. 
Vous allez penser à concevoir vos massifs, à planter mares et bassins. 
C'est en soit une excellente idée. 

C'est peut-être votre premier jardin, votre première mare, vos balbutiements paysagistes. Vous allez probablement décider avec soin de l'emplacement de telle ou telle plante, l'agencer avec ses voisines ou, parfois, juste céder à un acte d'achat compulsif en découvrant sur une fête des plantes la merveille des merveilles qui vous fera clignoter les yeux et chatouillera vos neurones jardiniers. 
Cela reste en soi une excellente chose. 

Peut-être allez-vous chercher à donner un effet naturel à votre création, à le rendre vibrant de spontanéité, à en faire un aménagement singulier.  

Alors me permettrez-vous, sans vous contraindre, de vous inviter à penser votre projet autrement que comme vous vous apprêtez probablement à le faire? Pourrais-je vous inciter à simplement plisser les yeux (ou à enlever vos lunettes si vous êtes myope comme moi) et à regarder de travers? Oui, "de travers", c'est à dire imprécisément, sans chercher le détail ou la perfection de la forme. Juste avoir une approche un peu plus approximative de votre projet, et peut-être finalement plus globale. 

Tout comme on ne regarde pas un champ de fleurs dans le détail dans un premier temps, il peut être bon de ne pas regarder un jardin uniquement par ses "ingrédients", y compris à l'état de projet. Dans la masse, la perfection d'une fleur est noyée, pour laisser place à une perfection de l'ensemble; les lignes et les ponctuations plus ou moins larges des couleurs viennent donner le ton de l'espace, les texture et les graphismes son rythme. Comme dans un tableau pointilliste, laissez-vous guider par des tendances, une certaine forme d'imprécision, et n'hésitez pas à ponctuer tout à coup votre oeuvre d'une couleur inattendue. Laissez la place à la surprise, à l'inattendu. En bref: préparez ce que vous voulez, mettez-y tout le soin que vous souhaitez, faites-vous plaisir mais, surtout, n'hésitez pas à vous laisser aller à la surprise, à l'inattendu, à l'aléatoire!

Vous verrez qu'en fait les règles de composition sont certes intéressantes, utiles, mais pas indispensables, et qu'il n'est pas nécessaire d'être le Van Gogh des jardins pour faire quelque chose de beau. 

Ne me regardez pas de travers, je ne fais qu'essayer de vous convaincre de laisser libre cours à votre petite folie intérieure, pour que votre jardin vous ressemble encore plus, tiré en ligne directe depuis le siège de vos émotions premières. Et surtout de vous inciter à ne pas craindre l'erreur, parce qu'elle est facile à corriger: il suffit d'ajouter de nouveaux coups de pinceau.  

 

Le fond du Flérial, en version pointilliste



 

Miscanthus giganteus, pour une simplicité graphique absolue

Miscanthus giganteus, pour une simplicité graphique absolue

Voir les commentaires

<< < 1 2