Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #journal de la pepiniere tag

Noues

Publié le par le père Lenoir



Cynaria cardunculus. Le cardon. Peut-être en production l'année prochaine...
Là n'est pas le sujet! Rarement  juin aura été si pluvieux, et pourtant! L'eau ne descend pas jusqu'aux nappes, la végétation pompant ce qu'elle peut au passage, et le ruissellement faisant le reste. Assèchement des zones humides par des peupleraies à grand rendement, drainage outrancier, routes. L'eau qui tombe du ciel va tout droit à la mer, emportant avec elle le précieux humus de surface, provoquant coulées de boues, inondations et glissements de terrains.
Tiens, au passage, un extrait du "manuel de l'arbre" qui servait de support aux écoles de sylvicultures à la sortie de la 1ère guerre mondiale:

































Tout cela pour dire que le végétal joue un rôle prépondérant dans l'épuration, la fixation des berges et la lutte contre l'érosion, l'ombrage, le ralentissement du vent et donc, la conservation de l'Eau.
Actuellement, on retrouve les Noues, un système très ancien qui doit limiter les effets dévastateurs d'un assainissement classique par égouts ou autre; des fossés sont creusés, courbes, avec des méandres plus ou moins marqués, pour recevoir les eaux usées pas trop sales , les excédents d'eaux de pluies et de ruissellement. Leur action est simple: l'eau s'y infiltre lentement, filtrée par la végétation spécifique qui y est implantée (carex, phragmites, typhas, sagittaires, hemerocalles, etc...) pour gagner les nappes phréatiques plutôt que les cours d'eau. Si ces noues
sont suffisamment profondes et imperméables sur certaines zones, on pourra y ajouter nombre de plantes aquatiques tels nénuphars ou pontédérie, voire Lotus (plante très vigoureuse et gourmande, donc épuratrice).

Voir les commentaires

journal de bord fin juin: LOTUS

Publié le par le père Lenoir

Les Lotus fleurissent!
Quel enchantement, je ne m'en remets pas, comme à chaque fois...
La perfection faite fleur, avec éventuellement une dispute sur le podium entre Lotus et Orchidées. Ces pétales roses (ou jaunes selon la variété), dressés sur un mat gracile au milieu de feuilles circulaires, sur lesquelles l'eau ne peut se fixer, et qui filtrent juste ce qu'il faut de la lumière du soleil pour les rendre quasi lumineuses me mettent en joie au plus haut point.
Je ne peux donc que vous offrir quelques photos de la première fleur éclose de l'année, sur un des pieds-mère.
































Voilà qui donne une idée des dimensions de la plante... Je rappelle que ce sujet est un pied-mère, ceux à la vente sont plus petits, quand même!


29 juin: le premier Lotus jaune, Nelumbo lutea, est fleuri à son tour. Profitez-en aussi!

Le même, deux jours plus tard...

Allez, quelques autres photos de la plante reine de ma production, juste pour le plaisir...le fruit, qui nous fixe de se huit yeux...

Une pousse étrange, improbable...
Les racines, dures et fragiles à la fois, comestibles comme le reste de la plante.

Un peu plus d'infos dans cet article là



Voir les commentaires

etat des lieux mois de juin

Publié le par le père Lenoir


C'est aujourd'hui la mi juin, ou presque. Alors que je commence à me faire déborder par le désherbage, je ne peux m'empêcher de faire quelques clichés de quelques plantes qui commencent seulement à fleurir, pour mon plus grand plaisir, à commencer par l'Achillea sibirica var. Camtschatica 'Love parade', dont les fleurs sont très grosses pour une achillée, près de 2 cm de diamètre chaque... Et quelle résistance pour cettte plante qui peut résister à des régimes très durs en eau et en froid... C'est parti pour 3 mois de floraison au minimum.

Et voilà une petite série d'hémerocalles, encore des espèces faciles à vivre, exigeantes en rien, si ce n'est un petit peu de soleil pour déployer leurs trompettes d'or, d'ambre ou ou de jaspe selon les variétés...
On les appelle aussi "Lys d'un jour" parce que leurs fleurs sont éphémères, mais comme elles sont renouvellées chaque jour, leur concert dure plus d'un mois....

Ici, dans l'ordre: Thumbelino,













  little cadet,



























Stella de oro, un nain très florifère, jaune pur






















 et Hemerocallis fulva, le plus courant, mais aussi le plus costaud, environ 1 00 m de haut dans des conditions optimales...

A savoir: les pétales sont comestibles, même crus, et ont une saveur douce, presque sucrée...
































Une Hosta, très haute: Sagae.
J'espère que vous appréciez autant que moi son bouton hautement graphique





























Hosta Tokudoma, avec une belle photo ratée qui ne dévoile malheureusement pas suffisament ses fleurs d'un blanc immaculé.




















Hosta undulata, de taille moyenne, mais bien florifère et au feuillage délicatement panaché dans le sens des nervures....





























Saururus cernuus, ou queue de lézard, allez savoir pourquoi...

Le feuillage dégage des effluves très agréables au moindre frottement ou coup de vent. J'adore ce parfum et suis déçu qu'on l'emploie si peu au bord des pièces d'eau, tant il pousse facilement...

















 Lycnis flos-cuculi, une coquelourde de terrains humides et de fossés... Raffinée, sauvage, robuste, florifère (de mars à juin) et qui se ressème abondamment.






















Papaver somniferum, le pavot somnifère, qui s'installe de lui-même dans les conteneurs. Je me contente de contempler sa magnifique floraison de soie transparente, sublime...























Iris ensata, pour les terrains humides, de préférence acides.



Iris kaempferi dainagon, aux pétales lessivés de violet et de blanc, étonnant...
Lysimachia punctata, qui pousse à foison dès qu'on lui offre un sol pas trop sec, nous gratifiant d'une floraison estivale toute d'or
Tritoma uvaria, pas franchement en avance chez moi!
Ses grands cierges flamboyants font toujours de l'effet, surtout en exposition chaude et pas trop humide...

Voir les commentaires

Fête des jardins à La Bussière

Publié le par le père Lenoir

 
Foire aux plantes au château de la Bussière, dans le Loiret
Un potager bio à voir absolument.
Le parc est splendide et l'atmosphère bon enfant
(Si les images  ne s'affichent pas entièrement, clic droit)

Le cadre est magnifique, et l'acceuil d'une rare amabilité...
Un lieu où il fait réellement bon vivre, et un parc de château dans lequel les enfants ne s'ennuient pas,  ne serait-ce que grace aux très nombreuses cabanes qui y sont dissémnées,




Toutes faites de matériaux naturels , parfois vivants (le parc est "bio")































































Le potager, bio aussi, bien entendu, bénéficie de plantations variées de rosiers, vivaces et autres lavandes.
















   et la salle de conférence est une ancienne serre de verre recouverte d'une treille.

Pour limiter les problèmes d'arrosage et de désherbage, toutes les plates-bande sont recouvertes d'un épais paillage (paillis) de bois broyé, qui sert tout autant de refuge pour la faune ,































comme les lézards verts, nombreux, hérissons, ou autres....
Celle-ci est repartie juste après la photo se repaître de vers blancs et autres mangeurs de racines...
Au passage, j'ai quand même proposé mes plantes aux visiteurs ...

Et vu l'un des plus beaux groupes de pétasites de la région


















 

Voir les commentaires

pousses étranges...

Publié le par le père Lenoir

des feuilles, des tiges, des flleurs.... Rien de bien sorcier, mais parfois on pourrait pourtant se le demander!
Juncus balticus 'spiralis' rustique tortillard venu du froid...



Carex grayi, avec ses inflorescences en forme d'étoiles du matin











Un autre jonc: Juncus effusus 'spiralis', le plus courant des joncs tortueux, accompagné par une inquiétante patte de chien, peut-être un loup?




 Aponogeton dystachios, sublime et parfumée

 





















La linaigrette à large feuilles, aux  plumeaux de coton  qui s'agitent dans le vent...
 

Les queues de lézard de la plante du même nom, le Saururus.
En mars-avril, lorsque la pousse commence, les tiges se déploient d'abord en serpentant au sol, terminée par un début de feuille en fer de lance, on croirait des queues de Dragon en miniature!














 un fruit de Lotus, comme une boite à yeux...
et une pousse de la même plante, feuille enroulée à la pose surprenante

L'Orontium, et ses fleurs venues d'ailleurs...

Les Sarraceniae, belles carnivores parfaitement rustiques, urnes dressées telles des langues infernales...Les pièges gluants des Droserae, autre carnivore, autre méthode...

Une petite anomalie sur Gunnera: de minuscules feuilles poussant sur le pétiole des grandes...


recette cuisine

Voir les commentaires

Etat des lieux fin mai

Publié le par le père Lenoir


Iris sibirica 'Cleve Dodge'... Une merveille de finesse. Même les fleurs fânées ne choquent pas, l'ensemble restant harmonieux dans une gamme de violets sombres somptueuse.

Un rival cependant: Iris chrysographes, plus pourpre, et tout autant graphique...



Tel un fantôme apparaissant depuis les bords d'un Loch dans les highlands écossais,  voici 'Ocean Mist' , délavé de blanc et de bleu...
Le saxifrage 'southside seedling' me fait penser, quand il fleurit, à une nuée de minuscules papillons blancs et roses. Si on continue sur la métaphore animalière, on peut aussi signaler ses besoins dignes d'un chameau. Plante facile à vivre par excellence, tant qu"elle n'a pas les pieds trop humides, de la fraicheur tout au plus, et que son sol n'est pas trop lourd, quoique...Un petit passage par mes bien-aimées digitales, gants de renard pour les anglais, si belles et si vénéneuses: la digitaline contenue dans leurs tissus stimule le coeur, jusqu'à l'infarctus. attention danger! Mais quelle beauté dans la forme et les couleurs. Celles-ci sont issues du semis, ce qui donne de nombreuses nuances de rose très soutenu à blanc pour Digitalis purpurea...














 



Une autre vénéneuse: la belladonne. Atropa belladonna. Ele doit son nom aux courtisanes vénitiennes qui, par le passé, dilataient leur pupille en y versant une goutte de son suc, par ailleurs très toxique. Les baies noires qui vont bientôt apparaître seront mortelles à très faible dose. Inutile de dire que cette plante est proscrite dans les jardins où évoluent des enfants!
Les jeunes plants de fougère sont arrivés, repiqués aussitôt. Osmunda regalis, Dryopteris filix-mas, Matteucia struthiopteris, Athyrium nipponicum metallicum, dryopteris eythrosora, Polystichum polyblepharum, Polystichum setiferum plumosum densum. Oui, je sais, ce ne sont pas nécessairement les noms les plus faciles à mémoriser, mais il arrive que certaines d'entre elles aient un nom français acceptable: Osmonde royale, Fougère mâle, Fougère allemande, Fougère métallique...Voilà les osmondes dans les godets qui les rendront vendables pour fin juin, et qu'elles devront quitter à l'automne pour des pots plus grands.




 




Les Lotus commencent à avoir de la tenue, je pourrais vendre le gros de la troupe à partir de mi-juin, si tout va bien. On aperçoit le premier bouton floral qui grimpe au milieu des feuilles comme un serpent-liane (décidément, que d' animaux dans cet article!)...

Voir les commentaires

autres plantes en mai

Publié le par le père Lenoir

Iris sibirica 'Cleve dodge', une splendeur d'esthétisme, et l'un des plus sombres. Il aime les terrains frais, mais pas gorgés d'eau, comme les autres iris de Sibérie.







Sparkling rose, un autre sibirica, très florifère...   




Tradescantia andersoniana, l'éphémère de Virginie, ici en version blanche. Une plante si facile à vivre et qui fleurit si longtemps que je ne comprends pas qu'on ne la trouve pas plus dans les jardins...

Voir les commentaires

Les plantes de mai

Publié le par le père Lenoir

Mai...
Il fait déjà chaud comme en été. Moralité, tous les nénuphars ou presque sont en fleurs...


lui, c'est  'Attraction'
à moyen développement.
Très florifère, facile à vivre...




















Et voici 'sioux'.. La fleur commence d'une couleur pour finir d'une autre. Superbe!














































Charles de Meurville. L'une des variétés les plus courantes, qui convient pour les grandes pièces d'eau...




























Nymphea alba. Blanc, comme son nom l'indique, aux étamines jaune d'or
et à la végétation abondante...

Le petit Iris Laevigata 'alba', qui pousse les pieds dans l'eau, éphémère mais raffiné...








Carex grayi... Malgré son air agressif, cette graminée n'est pas déplaisante du tout. Au bout de chacune des petites pointes, une minuscule fleur femelle, l'épi mâle trônant fièrement au-dessus de l'ensemble.




Typha latifolia 'variegata', une massette panachée.
Flamboyante en bord d'étang..












Un autre panaché: Schoenoplectus lacustris 'zebrinus', le scirpe zébré. Véritable chouchou du public sur les foires aux plantes, ce pauvre végétal -le plus caressé à ma connaissance- pass par tous les surnoms: porc épic, mikado, antenne de langouste, pattes d'insectes, araignée, j'en passe et des meilleures...
Pour info, et suite à cette question rémanente, non, je ne les peints pas individuellement à la main...











Pousses de Lotus. a les voir si robustes, on n'imagine que difficilement à quel point leur division est délicate et nécesite du doigté...


De gros rhizomes raides aux entre-noeuds cassants et aux bourgeons rares. La plante est gourmande: pour un bourgeon, compter au moins 35 à 40 cm de racine charnue. Inutile de dire qu'acheter un Lotus dans un petit pot est une hérésie, ou un test de chance...

Dernier détail: un bourgeon cassé est fichu, idem pour les racines.  A ce stade, dénouer les pousses relève du grand art, une sorte de broderie de Calais  dans la vase et  les racines.
Le pire, c'est que ça me plait!

Voir les commentaires

Balaine en vue

Publié le par le père Lenoir

Au mois d'avril, c'est la foire au plantes de l'arboretum de Balaine, dans l'Allier, un peu au Sud de Nevers...
On connait cadre plus désagréable...
Le parc est superbe, et nombre d'essences remarquables. Les exposants sont de qualité (je le sais, puisque j'en fais partie) et l'offre large. L'acceuil, ausi bien du public que des professionnels, se fait dans une bonne humeur manquant parfois à ce genre d'évènements, sans pour autant nuire au standing de la prestation.
  L'eau est très présente sur le site, sources, rivières et étang le ponctuent plaisamment.  Quelques photos pour le plaisir...


 Les impressionnants pneumatophores d'un groupe de Cyprès chauves (taxodium dystichum),près du lac. Leur aîné, derrière le château, en a d'encore plus impressionnants, bien que moins nombreux (photo  un peu plus loin...).










les voilà vus de la rive d'en face...






















Les Cornouilliers de Floride étaient tous en fleurs. Imaginez ça sur 3 mètres de haut, parfois sur plusieurs dizaines de mètres de long. Au matin, on en profite pour humer les essences des conifères et le parfum capiteux, presque omniprésent, des Viburnum Carlesii et Carlcephalum disséminés un peu partout au gré du parcours...



Et les érables du Japon, omniprésents... Lueurs colorées presque irréelles dans le matin. croisés au détour des allées, leur feuillage lumineux émerveille par sa finesse et ses tons chauds ou acidulés. Difficile de retranscrire en une photo la transparence



Voici les pneumatophores gigantesques du vieux Taxodium cité plus haut.
Derrière, on aperçoit les jeunes frondes d'osmonde royale, la reine des fougères...
























...qui vaut son pesant d'or , ne serait-ce que pour avoir inspiré tant Victor Horta et ses collègues artistes de l'Art Nouveau...




















Et un stand de plantes vivaces et aquatiques, ça intéresse quelqu'un?



En attendant de vous y rendre réellement, allez faire un tour sur le site internet de l'arboretum de Balaine pour le découvrir plus en détail qu'ici, il en vaut sincérement la peine.

Voir les commentaires

en avril, nouveau pot tu enfiles

Publié le par le père Lenoir

Premières plantes remarquables d'avril. Celles-ci sont déjà racinées, d'autres attendent d'être divisées ou rempotées. La saison de production bat son plein, les nénuphars et les Lotus vont suivre d'ici peu...


ces espèces de coprins d'un autre monde sont les jeunes pousses du Podophyllum hexandrum; on ne dirait pas comme ça, mais leurs feuilles seront ensuite palmées, rappelant celles du marronier....














Cette drôle de plante, c'est l'Aponogeton dystachios. Caractéristique intéressante: l'une des rares à bien fleurir à l'ombre, et qui plus est parfumée...  Ne dirait-on pas un ourson en gélatine?

Elle, je l'aime depuis toujours... Ma primevère auricule aux reflets de velours... Fleurie de mars à octobre avec quelques pauses, je ne puis que lui déclarer mon amour, car ses tendres  fleurs à mon coeur s'imposent. Plantez-la violette, elle se ressèmera brune, jaune à coeur orange, bordeau ou encore prune; elle est tellement plaisante puisque tout l'indiffère, si ce n'est qu'une terre fraiche ,si possible humifère , lui sied vraiment au mieux car le sec l'exaspère.





41 variétés d'Hostas! mais malheureusement, je n'en aurai que fort peu à la vente ce printemps, parti sur de beaux, mais petits  pieds mère. On aperçoit derrière une dizaine de Gunneras déployant leurs jeunes feuilles. On se douterait assez peu, à les voir ainsi, que dans quelques années elles auront la taille d'un homme!



Caltha palustris, au-dessus, et 'multiplex', son dérivé à gauche. des populages bien costauds qui n'ont peur de rien...








La Pulmonaire, qui doit son nom à ses feuilles qui rappellent les alvéoles et la forme de nos poumons...
Plante d'ombre à la floraison intéressante, subtil camaieu de rose à bleu.


 


Schoenoplectus lacustris 'zebrinus'. Je préférais quand il s'appelait Scirpus, mais bon...
J'adore ses longues tiges zebrées qui ressemblent à des pattes d'insectes géants quand le vent   les casse un peu...
La  Fritillaria meleagris, ou fritillaire "oeuf de vanneau"... Délicieuse à la vue pour nous, mais au goût pour certains rongeurs.  Cette petite délicate veut un sol frais, mais pas trop lourd, au risque de pourrir en terre. Celle-ci est ma rescapée de l'hiver, un mauvais choix de terreau, vraissemblablement...

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>