Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les effets de 2011 sur les plantes

Publié le par le père Lenoir

Phénomènes constatés au sein de la pépinière ou lors de nos interventions dans les parcs et jardins, et choix de culture :

 

Baisse de pluviométrie globale, la sécheresse ayant été très marquée en 2011, d’avril à octobre ; les pluies rencontrées durant le mois d’août ont cependant permis de limiter les dégâts en n’aggravant pas plus une situation qui, dans notre région, aurait pu être catastrophique. Cette hygrométrie estivale, accompagnée de températures exceptionnellement basses (des gelées blanches le 12 août dans certains secteurs de l’Yonne, et plusieurs matinées à peine au-dessus de 2°) a partiellement compensé le déficit hydrique très marqué depuis le printemps.

 

Cependant, l’alternance de journées chaudes, quasiment caniculaires, avec d’autres beaucoup plus fraiches, ainsi qu’une énorme différence entre les températures nocturnes et celles de la journée (4 à 7°C le matin, souvent 30°C  l’après-midi) ont mis la végétation à rude épreuve.

 

 Schizostilis rose fleur 3

Schizostylis. Ils ont fleuri au moins deux fois cette année, parfois trois.

 

Les plantes (et la nature en général) étaient déjà déboussolées depuis l’automne 2010, qui s’était achevée exceptionnellement tôt, en octobre. L’abondance de neige (couche protectrice efficace pour la plupart des végétaux) et les froids précoces avaient déclenché un passage à la dormance hivernale rapide. De fait, les plantes s’étaient réveillées dès que les premiers beaux jours étaient réapparus, en février-mars pour déclencher leur printemps en avance, vite suivi d’un été reconnu par elles dès la fin avril, où chaleur et sécheresse ont largement sévi.

Par voie de conséquence, certaines ont accompli leur cycle bien plus rapidement, ou l’ont déclenché au mauvais moment car ne retrouvant plus de repère convenable, l’été 2011 ayant de sérieux airs d’automne.  

 

Les Lotus (Nelumbo sp.) et les Thalia dealbata de la pépinière ont beaucoup souffert de cette précocité des frimas, n’ayant  pas eu le temps de constituer de belles réserves dans leur souche ou leurs rhizomes avant l’hiver, et n’ayant pas trouvé ensuite les conditions idéales pour redémarrer (jours trop courts malgré les températures printanières). Nous avons ainsi perdu durant l’hiver environ 70% de notre production, dont les survivants ont servi à reconstituer des pieds-mères. Nota : les sujets déjà implantés dans les mares, bassins et étangs n’ont, eux, pas subi de tels dommages, leur rhizosphère étant déjà conséquente et le volume d’eau dans lequel ils sont placés constituant un bon tampon thermique que ne permettent pas les bassins et conteneurs de production. De plus, l’unique tunnel chauffé est juste conservé « hors gel », à environ 3°C , et cette période s’est vue considérablement allongée par des nuits très fraiches tout au long du printemps 2011.

 

 lotus-et-gamin.jpg

Lotus en culture

 

C’est ainsi qu’à la pépinière nous avons pu constater des stades végétatifs intervenant à des dates totalement rocambolesques, voire des aberrations : en août, les sagittaires présentaient, dans la même plate-forme de culture, et alors qu’elles avaient toutes été cultivées au même moment,  des aspects aussi variés que les saisons, de la jeune pousse aux feuilles fanées, en passant par la floraison. Pis : on trouvait parfois dans un même pot des bulbes en début de croissance (habituellement en mars) et des parties aériennes en fin de cycle !

 

 

Les Nymphéas en culture ont été très marqués par ces changements, qui ont nui à leur démarrage et décalé leur floraison très tardivement, jusqu’au début décembre (contre mi-octobre les années « normales »).

 

 

Nymphea-pygmaea-rubra.jpg

 

 

Ce que l’on a pu remarquer, c’est une qualité médiocre de la pousse pour la plupart des variétés de la pépinière, tous genres confondus, tout au moins jusqu’en septembre où les plantes sont devenues pour la plupart éclatante de beauté, jusqu’au mois de novembre où, d’habitude, la majorité d’entre elles ont disparu pour passer en repos végétatif.

 

Bien entendu, nombre de végétaux se sont adaptés à la situation, et l’on a pu bénéficier d’une belle remontée de floraison en septembre et octobre, puisque ce furent les mois qui ont le plus ressemblé au début d’été, à une période mai-juillet classique. Certains même ont profité de cet étrange climat, comme c’est le cas pour les fougères, qui ont été superbes cette année, profitant de l’hygrométrie estivale.

 

 

Néanmoins, et contre toute attente, nous n’avons pas vu de prolifération de parasites intempestive, ni de maladies particulières. Les dégâts ont été somme toute habituels, sans excessive intensité. Une probable attaque de nématodes a cependant été observée durant l’été, mais a été circonscrite par des méthodes culturales (limitation des arrosages, mise à sec, destruction ou isolement des quelques végétaux attaqués…). Les parasite ayant eux aussi été affectés par le climat (et limités par la neige en début d’année), ils ont pu être maintenus à des effectifs corrects, les auxiliaires naturels que nous privilégions se chargeant ensuite de réguler leur population.

Suivant un parti-pris écologique et responsable, nous avons choisi de limiter les arrosages malgré la sécheresse, consommant près de 20% d’eau de moins que l’année précédente, pourtant plus pluvieuse, y compris pour les plantes aquatiques, et de réduire la fertilisation des substrats. Ceci a eu pour conséquence un renforcement du système racinaire des végétaux, et la limitation d’un emballement végétatif qui aurait été susceptible de contrarier leur reprise chez nos clients. Les plantes ainsi « endurcies » ont pu alors démontrer un taux de reprise constant, malgré les conditions difficiles dans lesquelles elles ont dû pousser. Le prix à payer pour cela était un volume moins important des parties aériennes, adaptation naturelle aux périodes de disette hydrique.

 

 

 Eriophorum angustifolium 3

Eriophorum angustifolium (linaigrette), complétement au sec. le pied a grillé en juillet, puis est réapparu en septembre, en pleine forme.

 

 

Ceci nous pousse à croire que la lutte biologique et le choix de méthodes culturales adaptées  constituent de très loin les meilleures techniques de protection des végétaux, notamment face aux changements climatiques brutaux.

 

Au jardin, ceci peut se traduire de plusieurs façons. Tout d’abord considérer quelle est la situation de départ : un sol drainant et un sol argileux ne se comporteront pas de la même façon face au climat, et forcément impliqueront qu’on ne se comporte pas de la même manière dans les deux cas. Si la Bourgogne a été généralement épargnée par les désastres de la sécheresse de 2011, c’est pour beaucoup grâce à la qualité de ses sols, qui bénéficient d’une bonne rétention de l’eau. Les secteurs les plus malheureux cette année ont souvent été les régions sableuses de fond de vallée et les coteaux calcaires, bien que ces derniers soient généralement des territoires viticoles peu sensibles au manque d’eau (au contraire).

Inversement, dans le cas de pluies diluviennes,  les sols plutôt compacts restent en place, sont moins sujets à l’érosion et aux glissements de terrain mais voient l’eau glisser à leur surface sans pour autant s’en gorger s’ils sont restés secs longtemps. C’est ce qui a causé nombre d’inondations  en décembre, ceux-ci n’étant pas encore prêts à accueillir les fortes précipitations qui ont accompagné l’épisode tempétueux. Il faut alors se référer à l’histoire des alentours du jardin, car très souvent la mémoire paysanne –ou citadine- regorge d’informations quant aux techniques employées jadis pour s’affranchir de ces contraintes qui ont toujours eu lieu, bien qu’elles soient plus nombreuses aujourd’hui.

On peut se souvenir d’expressions comme « un binage vaut deux arrosages », ou bien du fait qu’antan on labourait les vignes perpendiculairement à la pente, pour éviter les glissements de terrain et permettre à l’eau de s’infiltrer en chemin. Autant d’astuces précieuses, locales ou non.

Ensuite, estimer la configuration naturelle du terrain, les zones plus ou moins sèches, celles qui subissent les vents desséchants, celles qui peuvent être arrosées ou non et la concurrence éventuelle des végétaux entre eux.

 

 

 P1080304.JPG

Paillage d'un massif avec de la paillette de chanvre

 

 

Quoiqu’il en soit, il convient de choisir les végétaux en fonction de leur biotope d’origine, de leurs besoins, afin qu’ils soient à l’aise sur le site qu’on leur propose. Le cas échéant, là où la passion l’emporte sur la raison, et que les jardiniers tiennent absolument à installer une plante qui ne serait pas parfaitement à sa place, le paillage (feuilles, paillette de chanvre ou de lin, pétales d’ardoise, pouzzolane, paille, galets, etc…) permettent de très largement améliorer les conditions de vie des végétaux. Le sol reste relativement frais l’été, la déperdition d’eau diminue, le sol est gardé chaud durant l’hiver et, comble du bonheur, on maintient une vie animale et microbienne prépondérante au bien-être des plantes.

 

Dans les zones très venteuses, la constitution d’une haie coupe-vent présente elle aussi des avantages indéniables. Elle n’a pas besoin d’être très haute, ni persistante, peut être constituée d’espèces endémiques, et parfois même subventionnée par le conseil général ou la chambre d’agriculture.

 

Si les bassins artificiels restent maîtrisables, les mares et étangs, quant à eux, subissent de plein fouet le manque d’eau. Ainsi, cette année, le niveau d’eau n’a fait que descendre, pour se stabiliser en août, descendre à nouveau en septembre et octobre, puis, enfin, se recharger à partir de fin novembre. En décembre leur niveau normal n’était toujours pas atteint dans la plupart des secteurs. Mais, bien que ceci puisse être inquiétant pour la végétation rivulaire, qui s’est fréquemment retrouvée à sec, les choses rentreront dans l’ordre au printemps si la pluviométrie est normale, les plantes de terrain sec ayant colonisé leur espace de vie pendant l’année étant amenées à disparaître dès que l’eau aura atteint son niveau normal.

Les nouveaux aménagements sont restés nus toute l’année, rien ne pouvant y pousser sinon quelques adventices comme le chardon ou le pissenlit, et leur plasticité a été mise à rude épreuve. Cependant, on constate aujourd’hui qu’ils se sont généralement bien stabilisés, et offriront à la fin de l’hiver des emplacements de choix pour la végétation aquatique après cette année de « respiration ».

 

 Amenagements-0447.JPG

Berge neuve, plantée en mars, restée sèche durant des mois

 

Amenagements-1191.JPG

 La même, en septembre. La végétation a littéralement explosé avec les pluies d'août

 

 

Les inondations, glissements de terrain, tempêtes, etc., peuvent aussi, très largement, être endigués par le Génie Végétal, qui emploie les plantes dans des domaines du génie civil essentiels (maintien des berges, fixation des sols, etc.) tout en présentant des coûts de mise en œuvre très inférieurs à des travaux classiques, avec un impact environnemental toujours positif.

 

 

Note sur les plantes exogènes : lé réchauffement climatique implique aussi l’arrivée de plantes initialement supposées « non pérennes » du fait de la rigueur du climat français, en particulier au Nord de la Loire. Nonobstant, on constate que certaines espèces ont pu prendre une place importante dans l’écosystème, nuisant à l’équilibre de celui-ci. C’est le cas pour deux plantes aquatiques : la Jussie (Ludwigia sp.) et le Myriophylle du Brésil (Myriophyllum aquaticum), qui se sont développées outrancièrement sur une bonne partie du territoire au détriment des espèces endémiques. En l’absence de fortes gelées, leur survie s’avère problématique.  Pourtant, après quelques décennies de présence en France, on constate sur certains secteurs une baisse de leur rendement colonisateur, la faune locale commençant à s’y adapter et offrant un début de déprédation à leur égard, alors qu’auparavant aucun parasite ou prédateur ne s’y intéressait vraiment. Désormais accablées par « nos » parasites, on peut penser que leurs populations vont régresser, jusqu’à un seuil tolérable, comme c’est le cas dans leurs pays d’origine.

 

Etangs-0123.JPG

 Queue d'étang transformée en champ de jussie

 

En guise de conclusion, un rappel élémentaire : on n’est jamais plus fort que la nature. Reste à s’en accommoder, à interagir intelligemment avec elle et à retenir les leçons du passé, notamment en matière d’agronomie. Il est plus facile de s’adapter que de lutter: le roseau plie, mais ne rompt pas !

 

 

 

 

Voeux-2012-pepi.jpg

 

Voir les commentaires