Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #focus sur une plante tag

Mystérieuse Hellébore

Publié le par le père Lenoir

Helleborus orientalis X / Hellébore d'Orient hybride

Helleborus orientalis X / Hellébore d'Orient hybride

Bien qu'on n'en cultive pas à la pépinière -sinon un ou deux pieds pour le plaisir de s'encombrer et les quelques touffes "punk" dans les herbes du Flérial-  il me paraît nécessaire de parler un instant de cette plante, car il y a dans l’Hellébore une part de mystère que je peine à comprendre.

Elle est à la fois sophistiquée et sauvage, rustique ou rudérale et particulièrement gracieuse dans ses moindres détails, plus complexes chaque fois qu'on s'y penche un peu plus. 

Les dents qui ceignent ses feuilles sont une rappel de son passé de sauvageonne et sa vascularisation pourprée tient bien moins de l'amour chaleureux que de la passion toxique, elle l'incomestible qui toise les affamés de fin d'hiver de sa robe vive de galante courtisane. 

Dans ses étamines étranges à l'irrégularité stupéfiante pourrait nager un poisson-clown tandis que ses pétales allient la candeur d'une joue aimée et la chair suave d'une viande à croquer. 

Du mystère, je vous dis, qui toujours m'interpelle quand, dominant le printemps qu'on ne devine qu'à peine, elle écrase la fin d'hiver d'un éclat incarnat.

 

Hellébore à la Punk, au Flérial

Voir les commentaires

Semons la Zizanie

Publié le par le père Lenoir

Zizania latifolia, le Riz sauvage de Mandchourie, s'est bien étendu au Flérial.

J'aimerais vous dire que ses grains m'ont permis de faire de fabuleux makis, que leur arôme est sans égal et la récolte abondante...mais il n'en est rien!Sous nos climats, pas de grains. Dans son milieu d'origine, cette plante n'en produit pas énormément non plus, et ils sont petits.

Non, s'il y a un intérêt à installer cette plante dans l'eau (on ne le voit pas sur la photo, mais en réalité le pied est installé 10 à 20 cm sous la surface d'un invisible bassin), il réside ailleurs.

Tout d'abord dans sa magnifique translucidité, qui lui permet de capturer le moindre petit grain de lumière sur son mètre de haut, même quand le ciel est couvert. Puis ensuite pour sa forme élégante, souple et élancée, et sa couleur vive qui s'éclaircira encore à l'automne quant, juste avant l'hiver, ses feuilles deviendront chaumes blanchis avant de disparaître.
Et il y a le son. Ce son si particulier que l'on ne trouve,en dehors d'elle, que chez le bambou: celui du frottement des feuilles les unes contre les autres, qui permet de savoir, les yeux fermés, si une brise légère les agite, animant le jardin d'un sens trop fréquemment négligé.

Cependant, il faut utiliser cette plante avec intelligence, afin que'elle ne se montre pas trop envahissante. Dans un grand bac, ou dans une zone où l'on peut la circonscrire, que ce soit par une barrière enterrée, la présence d'autres plantes à racines denses, ou tout simplement par le passage abrupt à une profondeur excédant les 60 cm, qu'elle ne colonisera pas, ou peu.

Plus je la regarde, plus je l'écoute, plus je l'adore!

http://www.plantesaquatiques.net/achat-zizania-latifolia-52599.html

Semons la Zizanie
Semons la Zizanie
Semons la Zizanie

Voir les commentaires

Focus sur les Hemerocalles

Publié le par le père Lenoir

En ce moment, s'il y a une plante à ne pas manquer à la pépinière, c'est bien l'hémérocalle.

 

plantes-en-culture-0842.JPG

 

 

De toute façon, même si vous aviez souhaité ne pas les voir, les différentes variétés parées de leurs couleurs chaudes (pour la plupart) et vives auraient irrémédiablement attiré votre regard!

 

Originaire de Chine, Corée et du Japon, plante extrêmement facile à vivre, l'hémérocalle (Hemerocallis sp.) cumule les avantages:

 

-Robuste et rustique: résiste à peu près à tout sauf la sécheresse excessive. Et encore! Quand je dis excessive, il s'agit qu'elle soit permanente! Ses racines charnues lui confèrent une excellente résistance à de longues périodes sans eau. Evitez-lui les sols sableux drainants, et tout ira bien, d'autant plus que le froid ne lui fait vraiment pas peur.

 

-Généreux mais non invasif: il peut pousser en vastes massifs, mais étant donné qu'il n'émet pas de racines traçantes, il est extrêmement facile à circonscrire à l'aide d'une simple bêche, n'importe quand dans l'année (l'été et l'automne étant toutefois la meilleure période pour les limiter).

 

plantes-en-culture-0673.JPG

 Stella de oro, petite variété remontante très adaptée

aux bordures et aux potées

 

-Florifère: il ne faut pas se fier à son autre nom commun de "Lys d'un jour", pas tout à fait justifiée. Si effectivement les fleurs ne durent généralement qu'une journée, elles sont aussitôt relayées par une autre, puis une autre...pour une explosion de couleur. 

Leur période de floraison se situe principalement en juillet, mais peut déborder de juin à septembre., en particulier sur les variétés dites remontantes. 

 

-Polyvalent et coloré: par son port, par sa végétation (ses longues feuilles souples disparaissent très tard dans l'année pour réapparaître très tôt, même s'il gèle), sa robustesse et la gamme de dimensions qu'il offre en fonction des variétés, on peut retrouver l'hémérocalle dans presque toutes les situations au jardin, du pot au lagunage, en passant par le bassin, ou les massifs d'ombre (sa floraison sera d'autant plus faible que l'ombre sera dense).

C'est en outre une plante tout à fait adaptée au calcaire et à l'argile, ainsi qu'aux conditions difficiles de jardins peu entretenus, comme ceux de résidences secondaires.

 

On pourra lui trouver de multiples intérêts en tant que paysagiste. Pour ma part, j'exploite énormément son feuillage pour "dynamiser" les massifs, et mélange souvent les variétés pour obtenir un camaïeu un peu fou.

 

 

Hemerocalles massif 3

 

A ce titre, j'aime beaucoup la défloraison de certaines d'entre elles, qui se dégradent progressivement tout en restant jolies, et le revers des pétales et tépales, qui agrandissent encore le spectre des couleurs.

 

 

 

plantes-en-culture-0844.JPGFrans Hals

 

Hemerocallis-little-cadet-2.JPGLittle Cadet

 

 

-Comestible: toutes les parties de la plante sont comestibles [ref] , avec une préférence pour les fleurs qui, crues, sont absolument délicieuses. On tire aussi du jus de ces racines un antipoison intéressant contre l'Arsenic. Dommage que les époux de Marie Besnard ne l'aient pas sû...

 

En Bref, vous n'avez aucune raison valable pour ne pas avoir d'hémérocalle chez vous, et il est très triste que ce ne soit pas encore le cas!

 

A défaut de vous déplacer jusqu'à la pépinière, quelques-unes de nos variétés sont disponibles sur la boutique en ligne

Voir les commentaires

Filles de l'ombre

Publié le par le père Lenoir

 

Les fougères, toutes espèces et variétés confondues, sont particulièrement adaptées à l'ombre.

 

Fougeres-en-culture-2.jpg

Pour être totalement sincère, elles sont aussi, pour la plupart, très inadaptées au soleil!

Nous cultivons depuis plusieurs années maintenant un certain nombre de variétés rustiques sous ombrière non chauffée, afin de les habituer aux conditions réelles dans lesquelles elles devront pousser.

A force de pratique, on peut tracer quelque lignes générales quant à leur culture au jardin:

-elles apprécient la fraicheur du sol

-elles n'aiment pas les sols trop lourds, ni trop calcaires, ni l'eau stagnante

-elles aiment l'ombre et détestent le soleil de midi

-elles n'apprécient pas les courants d'air

-elles n'aiment pas la sécheresse.

 

Bien entendu, pour chacun de ces lieux communs, voire plusieurs à la fois, il existe une ou deux espèces pour démentir la thèse.

 

Ainsi, le polypode (Polypodium vulgare) poussera sans souci sur un énorme caillou ou sur le sol desséché sous la ramure d'un conifère, aussi bien que sur le tronc d'un arbre au bord d'un torrent


 

polypodium vulgare1

Polypode vulgaire sur granit

 


La fougère mâle (Dryopteris filix-mas) pousse même dans des terres très argileuses, y compris en région calcaire et en présence de courants d'air (pas trop quand même)

 


Dryopteris filix mas massif

Fougère mâle dans une ancienne carrière à argile à kaolin

 

 


Phyllitis scolopendrium sol secP1090128.JPG

Phyllitis scolopendrium (la langue de cerf) au soleil, dans une rocaille, au jardin botanique de Montpellier, et pied dans l'eau, à l'ombre, dans le Loiret

 


 

L'osmonde royale (Osmunda regalis) fait des merveilles en plein soleil tant qu'elle a les pieds à l'humidité, voire dans l'eau

 


Osmunda regalis eau

Osmonde royale dans un bassin du parc floral de Vincennes

 

 


Thelypteris palustris pousse en berge et complètement sous l'eau, et il en va de même pour la Marsilie à quatre feuilles (Marsilea quadrifolia) qui se prend pour un trèfle

 

Thelypteris palustris

Thelypteris palustris

 

 

marsilia-quadrifolia.jpg

Marsilea quadrifolia

 

 

Entre autres...

 

Reste que dans la majorité des cas, ces règles restent d'or, et qu'il vaut mieux s'y cantonner lorsqu'on débute avec leur emploi.

Leur usage est, comme elles, multiple. De la plus rase aux arborescentes (réservées aux régions les plus chaudes, bien que Dicksonia antartica puisse résister à -5°C), elles occupent avec élégance les espaces ombragés, aussi bien en bacs qu'en pleine terre ou dans l'eau. 

 

 


Blechnum spicant et souche

Blechnum spicant


A l'aise dans la plupart des sous-bois, elles habillent avec raffinement les terrasses au Nord ou les berges de plan d'eau mal exposées. 

 

Blechnum penna-marina

Blechnum penna-marina, excellente tapissante persistante de berges, pouvant pousser les pieds dans l'eau

 

 


On aurait tort de penser que leur seul intérêt réside dans leur feuillage, au demeurant très intéressant, et dans une unique gamme de verts. 

 

Osmunda regalis sporangesOsmunda regalis massif 2Osmunda regalis crosses comp

"épis" fertiles, massif et crosses d'Osmonde royale, qui peuvent culminer à 2m de haut

 

Onoclea sensibilis fructificationOnoclea sensibilis 2

Onoclée sensible et ses frondes fertiles en hiver

 

 

 

Certaines, comme l'Osmonde royale ou l'Onoclée sensible (Onoclea sensibilis) arborent des sporanges groupées très visibles, et dans le second cas persistantes durant tout l'hiver malgré un euillage qui, lui, est caduque.

Dryopteris-erythrosora-feuilles-colorees.JPGDryopteris erythrosora pousses 2Dryopteris erythrosora crosse

Dryopteris Erythrosora et crosses

 

 


Athyrium--nipponicum-metalicum-pousses-2.JPGAthyrium-metallicum-plate-forme.JPG

Fougère métallique, jeunes frondes et feuillage

 

 

 

Que dire en outre des sompteuses couleurs des jeunes frondes orangées des Dryopteris erythrosora, ou des extraordinaires colorations successives de la fougère métallique (Athyrium nipponicum 'metallicum', qui passe du pourpre à l'aluminium.

 

Les nombreux types de feuillages offrent aussi énormément de possibilités d'association, d'autant que leurs formes parfois très graphiques, et leurs textures valorisent des espaces qui pourraient être, loin de la lumière, insignifiants. Les plus grandes variétés, quant à elles, ont tendance à se suffire à elles-même, en groupe ou en isolé.


Phyllitis scolopendrium pousses revu 

Frondes de Phyllitis scolopendrium

 


 

Polystichum braunii 2

Majestueux Polystichum braunii

 


Polystichum-seti-plumosum-densum.JPG

Jeunes frondes de Polystichum setiferum 'plumosum densum'

 


Cyrtomium falcatumCyrtomium-falcatum-sporanges-.jpg

Cyrtomium falcatum, avec le détail de ses frondes portant les spores, et le contraste entre le pétiole sombre et les "feuilles"

 

 


Polystichum polyblepharum 2polystichum-polyblepharum-pousses-revu.jpg

 

Polystichum polyblepharum, au feuillage très persistant, et ses étonnantes crosses à la sortie de l'hiver

 

 

 

Heucheras et fougères mélange

Alliance entre Heuchéras et fougères variées pour un résultat spectaculaire

 

 

 

Détails sur les fougères par variété

 

.

 

 

 

Voir les commentaires

Ensorceleuse

Publié le par le père Lenoir



S'il est bien une plante qui évoque la magie, les sorcières et les légendes médiévales, c'est évidemment la Mandragore (Mandragora officinarum). Si sa grosse racine pivotante a parfois tendance à se ramifier pour lui donner un aspect anthropomorphe, ce sont surtout les alcaloïdes qu'elle contient qui lui ont valu sa sulfureuse réputation.
Je ne m'épandrai pas trop ici sur ses vertus réelles ou imaginaires afin de ne pas tenter les internautes curieux d'expériences psychédéliques ou amoureuses pouvant leur coûter la vie. Car oui, comme la plupart des solanacées dont elle fait partie, elle est très toxique.
Shakespeare, qui connaissait aussi ses propriétés somnifères faisait d'ailleurs dire à sa Cléopâtre: "Give me to drink mandragora, that I might sleep out this great gap of time my Anthony is away".

Quoi qu'il en soit, j'ai décidé d'en commencer une production qui, du fait de la rareté des graines, des pieds mères disponibles dans des jardins (pas question d'aller en voler dans la nature), et de la détermination de cette plante à forcer celui qui la veut à faire preuve de patience, s'est avérée délicate.

Après avoir préparé mes semis d'une façon que je garderai secrète -mais très naturelle- à la fin de l'été précédent, j'ai enfin pu découvrir après de longs mois d'attente les premières pousses de la belle récalcitrante au début du mois de mars dans la serre froide.

Mandragores pousses 09 03 2010 2

Cris de joie, "hourras" tonitruants, alleluïas, ont fait savoir à mon entourage la satisfaction de voir apparaître les premiers rejetons.

Vint ensuite la délicate phase de prélèvement des plantules, juste équipées de deux cotylédons ou protofeuilles et d'une déjà longue racine, à laquelle il convint de fournir un long pot d'un litre en guise d'écrin.

Mandragore jeunes plantsMandragore jeunes plants 2

Me restait encore à attendre un à deux ans pour que chacun des jeunes plants, chouchoutés à mi-ombre et à l'abri des courants d'air, dans un substrat frais mais non gorgé d'eau (oui, la mandragore est, je le rappelle, capricieuse), devienne aussi beau que les deux pieds-mères que je conserve désormais jalousement.

  Mandragore 4
Donc, tout de même, un petit rappel quant à la culture de cette plante dans les jardins, à destination des téméraires qui, dans quelques mois, ne tarderont pas à se précipiter pour acquérir à la pépinière leurs plantes magiques:
exposition mi-ombragée à ombragée, abritée des courants d'air, sol profond -les racines atteignent 60 à 80 cm- frais mais pas trop humide, les origines méditerranéennes de la plante lui permettent de supporter des courtes périodes de sécheresse en été; légèrement frileuse, elle peut être plantée presque partout en France, pourvu que l'on respecte les conseils précédents (essayée et approuvée dans l'Yonne, avec des hivers à -12°C en moyenne). Pour s'assurer de sa pérennité, je conseillerais de la laisser porter quelques fruits jusqu'à leur maturité complète, afin de permettre un éventuel semis spontané pour prendre le relais d'un pied qui devrait assumer seul la survie de l'espèce au jardin.

Mandragore fruit

 

Les fruits, sortes de petites tomates allongées allant du vert au brun, sont parfois réputés comestible. Etant donnée la nature de la plante et les alcaloïdes qu'elle contient, il y a fort à parier que certaines personnes pourraient éprouver quelques problèmes en les consommant. Pour autant, chez la tomate seul le fruit est comestible, lorsqu'il est bien mûr, et toutes les parties vertes d'une pomme de terre peuvent lourdement porter atteinte à la santé d'un consommateur étourdi.

Les sujets disponibles à la vente n'étant pas nombreux, ils sont proposés sporadiquement sur le site de vente en ligne .

Voir les commentaires

Focus sur: les Petasites

Publié le par le père Lenoir

P1030330.JPG

Mal connues, les pétasites sont des plantes vivaces pourtant pleines d'attraits. Parmi leurs qualités, citons principalement:

-une vigueur exceptionnelle
-un effet spectaculaire
-une floraison intéressante, parfois parfumée (P. fragrans)
-un feuillage très décoratif
-une couverture du sol très efficace, qui étouffe les mauvaise herbes
-des vertus médicinales (P. hybridus)
-une excellente rusticité
-une culture possible à l'ombre
-l'apport d'une certaine rondeur à l'espace
-leur tolérance des sols frais à très humides


Les espèces les plus courantes -et disponibles à la pépinière - sont:

Petasites fragrans (fiche) , très parfumé (ici en photo avec Heuchera 'palace purple'), aux feuilles ne dépassant pas 40 cm de diamètre.
Feuillages-Heuchera-palace---petasites-fragrans.jpg
Petasites hybridus (fiche) (syn. P. officinalis, P. giganteus), utilisé en herboristerie, au feuilles exubérantes de 70 cm de diamètre
petasites-hybridus-la-buss.jpg
Petasites japonicus var. giganteus (fiche) aux feuilles presque cirulaires (contrairement à P. hybridus, elles ne comportent pas de pointe à l'extrêmité de leur limbe, et le bord de leur limbe est arrondi et se chevauche fréquemment au niveau du pétiole. Elles mesurent environ 70 cm de diamètre aussi.

Petasites jap giganteus comp
Petasites japonicus var. giganteus 'variegatus'
(fiche) dont le feuillage est largement maculé de jaune d'or, très spectaculaire, de 50 à 60 cm de diamètre environ, parfois plus.
Petasite-japonica-variegata-feuilles.JPG

Culture:

De culture facile, les pétasites ne demandent qu'une chose: de la fraicheur.
En effet, ces plantes apprécient un sol frais à gorgé d'eau, ormis P. fragrans, qui accepte bien mieux des périodes de sécheresse, quitte à perdre tout son feuillage si elle perdure, pour en reprendre un tout neuf dès que la pluie fait son retour. Elles apprécient un substrat riche, et généralement léger, même si P. hybridus et P. fragrans croissent très bien en terre argileuse. Les variétés japonaises quant à elle, préfèrent une situation plus ombragée, le soleil leur faisant ramollir les feuilles dans la journée (elles regonflent chaque soir si elles ne manquent pas d'eau); elles apprécient en outre un terrain neutre à acide.

Floraison:

Les pétasites font partie de la famille des asteraceae, comme le Rudbeckia, la marguerite et l'Aster. Leurs inflorescences sont pourtant plus proches visuellement de celles du pissenlit, ne vous déplaise. Néanmoins, la floraison de ces plantes est très intéressante, et donne à l'espace occupé une atmosphère originale, sauvage et exotique, voire surréaliste.

P. fragrans fleurit en plein hiver, entre janvier et avril. Ses fleurs exhalant un parfum capiteux sont abîmées par les fortes gelées, mais repoussent aussitôt après, très rapidement, ainsi que les feuiles qui aurait pu éventuellement être touchées, généralement en-dessous de -5°C. Cette variété est très rustique, et c'est la seule de cette sélection à montrer en même temps ses fleurs et ses feuilles.
Petasites fragrans fleur 2 comp

P. hybridus présente une hampe florale colossale, pouvant atteindre 1m de haut, dressée vers le ciel, avant les feuilles en mars-avril.
Petasites-hybridus-fleurs---foug-res.JPG

P. japonicus (et forcément var. giganteus et var. giganteus 'variegatus') offre avant les feuilles, en février-mars, une étonnante inflorescence à l'aspect évoquant presque invariablement "une tête avec plein d'yeux" (merci de considérer l'intérêt hautement scientifique de la dernière observation), vert pâle et blanche, entourée de bractées formant une sorte d'étoile. Avant les feuilles, comme P. hybridus.

Petasites jap giganteus fleursPetasites japonicus fleur comp

Ennemis et maladies:

Ils sont rares. Cependant, il serait malhonnête d'oublier de dire le goût de certains gastéropodes pour P. hybridus et, dans une moinsdre mesure, P. japonicus. Les limaces, lorsqu'elles sont très abondantes, peuvent trouer les feuilles en divers endroits, sans que cela nuise jamais à la plante.
Chez P. japonicus, il n'est pas rare de trouver en culture la trace de Botrytis, la pourriture grise, sur les fleurs, ce qui fait perdre un ou deux "yeux" à la tête, sans souci bien grave.


Une plante graphique:

Voici une série de photos montrant Petasites hybridus dans tous ses états, démontrant si besoin était à quel point sa végétation est surprenant et remarquable tout au long de son développement.

Petasites hybridus poussesPetasites hybridus pousses 2petasites hybpetasites_hybridus_en_fleur.jpgPetasites hybridus détail fleurpetasites hybridus comp

Achat de Petasites en ligne




Voir les commentaires

Nuphar japonica

Publié le par le père Lenoir






A cette période, et grâce notamment à un bon ensoleillement, les Nympheas sont superbes, mais les nénuphars du Japon donnent un coup d'éclat de leur orange si intense, même si la fleur est, l'espace d'un à deux jours, plutôt jaune.




Cette plante, aux feuilles élégament sagitées (en forme de pointe de flèche), apprécie les expositions ensoleillées à mi-ombragées, et je remarque aussi une floraison loin d'être ridicule là où le soleil pourrait faire défaut une bonne partie de la journée.




L'intérêt de Nuphar japonica est multiple: il s'accommode d'un substrat plus acide que les Nympheae, d'assez peu de soleil direct, d'une eau moyennement chaude et d'une profondeur très variable, de quelques centimètres à plus d'un mètre. De plus, sa fleur dure longtemps, changeant de couleur plusieurs fois dans son cycle, pour finir en une capsule rougeâtre portant les graines. Notons aussi la forme singulière du feuillage, dressé hors de l'eau et d'un vert sombre très particulier, plus foncé que celui de la plupart des nénuphars et nymphéas.



   

 

Boutique en ligne

Voir les commentaires